Garfield : 35 bougies et pas fini de buller

Il préfère les lasagnes aux croquettes, carbure au café, fond devant un gros burger et vendrait son maître pour une pizza. Et en plus, il explose allègrement le record de longévité des chats (que l’on croyait détenu par Draquepitt) en fêtant ce mois-ci son 35e anniversaire. Il ne manque vraiment que la vie à Garfield pour devenir maître du monde… A défaut, il est tout de même l’un des chats les plus rock’n’roll de la planète depuis le 19 juin 1978, jour où sa grosse bouille orange fut publiée pour la première fois dans un journal américain.

Gnorm Gnat, premier comic strip de Jim Davis

Gnorm Gnat, premier comic strip de Jim Davis

Les débuts furent aussi difficiles qu’un jour sans sieste. Son créateur, le dessinateur Jim Davis, publiait jusque-là un comic strip intitulé Gnorm Gnat, mettant en scène divers moucherons, vers de terre et autres limaces. «Tes dessins sont bons et tes gags sont géniaux», lui disait à l’époque un éditeur. Oui, mais voilà : «personne ne peut s’identifier à des insectes.» Pour envisager ne serait-ce que le début d’un succès commercial, Jim Davis devait donc abandonner ses personnages pour ré-insuffler son humour dans des personnalités plus parlantes. Un chat flemmard et prétentieux, son maître et un chien idiot, par exemple. Il n’est pas allé chercher l’idée bien loin : Jim Davis a passé son enfance entouré de 25 chats dans une ferme de l’Indiana, aux États-Unis.

«Bonjour... Je suis Jon Arbuckle. Je suis dessinateur et voici mon chat, Garfield. - Bonjour, je suis Garfield. Je suis un chat et voici mon dessinateur, Jon. - Notre seul objectif est de vous divertir. - Nourris-moi.

«Bonjour… Je suis Jon Arbuckle. Je suis dessinateur et voici mon chat, Garfield.
– Bonjour, je suis Garfield. Je suis un chat et voici mon dessinateur, Jon.
– Notre seul objectif est de vous divertir.
– Nourris-moi.»

L’histoire a d’abord été refusée par plusieurs journaux, qui la trouvaient trop centrée sur le personnage humain. Écoutant leurs conseils unanimes, Davis a réorienté les gags autour du chat, et ainsi réussi à séduire l’United Feature Syndicate, qui gérait la publication de comic strips et dessins humoristiques dans de nombreux titres de presse écrite. Le 19 juin 1978, quarante-et-un journaux ont ainsi publié simultanément un premier strip de trois cases dans lequel Garfield et son maître, Jon, se présentaient (voir ci-dessus). La bande dessinée plut tellement que le Chicago Sun-Times, qui avait voulu la laisser tomber après une période de test, dut rapidement reprendre la publication à la demande de ses lecteurs…

On connaît la suite. Après les 2600 journaux qui l’ont publié dans leurs pages (ce site a des archives exhaustives), les 55 albums cartonnés qui regroupent ses aventures, trois dessins animés, une flopée de jeux vidéo, des jeux de société, des jeux de cartes et cinq films à la qualité très contestée, Garfield est devenu une machine de guerre commerciale. Mais il aime toujours les lasagnes, toujours pas son petit compagnon Nermal, auto-proclamé «chaton le plus mignon du monde», et cela fait belle lurette qu’il a cessé de lire cet article sous prétexte qu’un gros roupillon l’a attaqué par surprise. On lui pardonne.

«Wouah, j'aimerais bien être dans un calendrier de chats mignons, un jour... - Ça peut s'arranger. - Vraiment ?»

«Wouah, j’aimerais bien être dans un calendrier de chats mignons, un jour…
– Ça peut s’arranger.
– Vraiment ?»

Advertisements

Une réponse à “Garfield : 35 bougies et pas fini de buller

  1. Pingback: Les chaloupés de la semaine : Garfield, des chats de droite, un demi-chat… | Al Chazeera·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s